Edition 412 EcoMatin

200CFA

Dans exactement 32 mois, le Cameroun sera appelé à effectuer un premier ver sement de 150 milliards de FCFA pour honorer les échéances de remboursement de son obligation émise en 2015 sur le marché européen des titres. Dans un contexte économique difficile, qui s’est davantage détérioré avec l’apparition de la pandémie du coronavirus, le gouvernement mène des réflexions au sujet des sources de financement qui permettront d’honorer à ce rendez-vous. Sur la question, deux camps s’affrontent dans le sérail. L’un amené par le ministre de l’Economie, soutenu par le FMI, qui opte pour un refinancement de cet emprunt via l’émission de nouvelles obligations et l’autre qui penche pour un remboursement à partir des ressources propres issues des fonds séquestres du Cameroun logés à la Beac. Quelles sont les forces et les faiblesses de chacun des mécanismes ? L’analyse de EcoMatin.

Catégorie :