Edition 418 EcoMatin

200CFA

Un vent de panique souffle depuis quelques semaines sur le toit des assujettis à la réglementation des changes de la Beac. La raison ? L’institut d’émission commune aux six Etats de la Cemac a lancé depuis le début du mois de mars, un processus d’apurement de domiciliation des importations des biens et services. Elle espère mettre la main sur les opérateurs qui sont à l’origine du déficit de la balance courante au cours de l’année 2020 laquelle a entraîné une réduction du taux de couverture de la monnaie que les experts estiment entre 5 et 10 points. L’enquête de EcoMatin.

Catégorie :